Glace VS Chaleur, l’éternelle question!

« Sophie! À l’aide! Je me suis barré le dos! Je mets quoi : de la glace ou de la chaleur? »

Voici une question que mes amis et ma famille me posent à presque toutes les semaines!

Sachez que même les scientifiques ne s’entendent pas tous sur le sujet, je vous comprends donc d’être confus.

 


ice-05

LE FROID : Quand? Comment? Pourquoi?

La thérapie par le froid, de son petit nom cryothérapie, est utilisée pour gérer l’inflammation. Ainsi, lorsque votre réflexe premier est d’utiliser des anti-inflammatoires (Advil, Motrin, Voltarin, etc.), la suite logique est d’appliquer de la glace.

Pour toute nouvelle douleur (que ce soit au cou, genou, orteil, etc.), je suggère toujours la glace pour une période de 24 à 48 heures selon les symptômes. La chaleur, en étant pro-inflammatoire, pourrait augmenter les symptômes d’une douleur aiguë.

Read more

La quête aux abdominaux!

Et/ou comment éviter de se blesser 😉

 

À chaque changement de mois, de nouvelles résolutions se créent et s’abandonnent.

La favorite de tous : la remise en forme. Populaire par la facilité de leur exécution et le peu de matériel requis, les « routines d’abdominaux » sont les premières à refaire surface.

Il faut toutefois prendre garde!

Plusieurs des exercices populaires peuvent entraîner de nouveaux problèmes.

Le but de cet article est de vous faire reprendre l’entraînement le plus confortablement possible, afin que vous ne perdiez pas vos bonnes intentions trop vite.

Histoire de se « remettre en shape » sans se détruire le dos!

Read more

La chiropratique et les lombalgies

Quand on parle de « maux de bas du dos », de « tour de rein », de « lumbago » ou « d’entorse lombaire » on fait référence à la grande famille des lombalgies.

En chiffres, les lombalgies sont :

  • le 4e motif de consultation médicale le plus fréquent au Canada.
  • 3 fois plus fréquentes et sévères chez les travailleurs de la construction.
  • la 1ere cause d’invalidité au travail chez les 45 ans et moins.

Peu importe la structure anatomique en cause, la blessure survient par l’accumulation de microtraumatismes répétés. Il est important de comprendre que la douleur se manifeste généralement lors d’un mouvement très anodin : soulever son enfant, passer l’aspirateur, ramasser un jouet au sol. Pourtant ce ne sont pas ces mouvements qui causent réellement la blessure, c’est l’accumulation d’années de mauvaise utilisation du dos.

Read more

La chiropratique pour les bébés : doux, sécuritaire et surtout efficace!

Ça peut en étonner plus d’un, mais Dre Sophie et Dre Arielle, chiropraticiennes, reçoivent régulièrement la visite de petits patients âgés de quelques jours seulement ! Le premier traitement post-partum est un essentiel autant pour la mère que pour son bébé.

On oublie trop souvent que le stress de l’accouchement n’est pas seulement vécu par la maman, alors que le bébé passe lui aussi par son lot d’aventures!


Les traitements chiropratiques post-partum

Pour maman

Pour la mère, l’examen chiropratique et le traitement serviront à s’assurer que les articulations de son bassin ont bien repris leur place après l’accouchement et avant le départ de la relaxine (hormone relâchée tout au long de la grossesse servant à relâcher les articulations pour faciliter le passage du bébé).

Pour bébé

Pour le bébé, la rencontre permettra d’évaluer de façon très précise si des blocages se sont créés dans les articulations de sa colonne vertébrale, de son crâne ou de ses membres. Après neuf mois dans la même position et un accouchement de plusieurs heures, il est bien normal que des stress se soient accumulés à quelques endroits. Ils ne sont pas toujours dramatiques, mais peuvent être la source de plusieurs problématiques telles que :

  • Plagiocéphalie (syndrome de la « tête plate »)
  • Difficultés d’allaitement
  • Torticolis
  • Coliques
  • Régurgitation
  • Irritabilité/problèmes de sommeil

Le petit coco sur la photo ci-dessus avait tout juste 7 jours de vie lors de son premier rendez-vous chiropratique. Le joli petit bonhomme de 6,5 lbs a eu un accouchement relativement « normal ». Il a par contre vécu un arrêt de travail de près de 6 heures lorsque sa maman était dilatée à 8 cm. Ce genre de ralentissement, quoique fréquent, a des répercussions sur le bébé. Dans son cas, l’accouchement a commencé très rapidement pour stagner à la mi-parcours. Qu’est-ce que cela peut signifier pour ce bébé? Sa tête est restée comprimée sur les parois rigides du bassin créant l’apparence d’une tête très allongée de type « cone head » à sa naissance. Le but de sa visite chiropratique était d’accélérer le remodelage de son crâne et d’évaluer sa santé neuro-musculo-squelettique.

L’examen a pu permettre d’exclure toutes traces de problèmes neurologiques et de fractures. Par contre, sa maman et moi avons rapidement remarquer une diminution de sa rotation de tête vers la gauche. On peut supposer que sa tête est restée coincée dans une certaine rotation autant au cours de la grossesse que durant l’accouchement. En effet, depuis sa naissance sa tête ne tourne pas bien dans les deux sens et, surtout, l’allaitement est plus difficile au sein droit. Les problèmes d’allaitement passent souvent inaperçus puisque l’adaptation à l’allaitement est très souvent difficile. Par contre, un bébé refusant un sein plus que l’autre ou semblant inconfortable indique souvent la présence d’un blocage au niveau des articulations de son cou. Un bébé refusant de dormir sur le dos peut ressentir une douleur au cou dans cette position. S’il met toujours sa main sur sa tête, il peut indiquer qu’un blocage au niveau de son crâne lui crée de l’inconfort. Il ne faut jamais oublier que les bébés sont très instinctifs, mais qu’ils n’ont pas beaucoup de façons d’exprimer leurs malaises.

Dans le cas du petit coco sur la photo un peu plus haut, l’examen a permis d’identifier un blocage important au niveau de sa première vertèbre du cou. Une pression douce au bon endroit lui a permis, dès la fin du traitement, d’avoir une meilleure prise au sein droit facilitant ainsi son allaitement. Une belle histoire qui finit bien!

 

 

 

 

 

 

La jolie Mathilde, âgée de 5 jours seulement, en traitement avec Dre Sophie chiropraticienne.

 

 

 

 

 

 

 

Ayant complété nos doctorats en chiropratique par plusieurs techniques en périnatalité, Dre Arielle et moi-même pouvons, en toute confiance, avoir une approche orientée vers le traitement des bébés et des femmes enceintes. Nous avons donc en main tous les outils pour évaluer et éliminer les problématiques pouvant empêcher votre bébé de grandir en pleine santé. Notre approche chiropratique est douce et adaptée au corps des tout-petits.

Évidemment les traitements pour les bébés sont sans douleur et, surtout, ils ne « craquent » pas ! Je ne répèterai jamais assez l’importance de mon ordre professionnel. L’Ordre des Chiropraticiens du Québec vous protège vous et votre bébé de tout écart de pratique. Lorsque vient le temps de laisser le petit être le plus important à vos yeux dans les mains de quelqu’un, il est très rassurant de savoir que sa sécurité est prise en charge.

On ne pense pas souvent à la chiropratique pour les bébés. Pourtant, de formation, nous sommes les experts des troubles neuro-musculo-squelettiques autant pour les adultes que les bébés naissants!

N’hésitez pas à nous poser des questions et à en parler à vos proches. Dre Arielle et moi-même sommes toujours disponibles pour vous donner davantage d’information.

Au plaisir de pouvoir prendre soin de votre famille,

Bonne journée à tous.

Dre Sophie, chiropraticienne 🙂

Le smoothie vert

La mode des smoothies ne laisse personne indifférent et j’avoue m’être laissée prendre au jeu. Loin de moi l’idée de vous parler de « cure de nettoyage » par le jus, j’adore simplement les smoothies pour leur facilité d’utilisation et leur haute teneur en vitamines et nutriments.

Pour se préparer à la grisaille de l’automne, je vous présente ma recette préférée dans la thématique du vert !

Read more

Une mission qui change une vie

Il y a maintenant 3 ans, j’ai eu la chance de partir à l’aventure, avec 8 de mes collègues, pour une mission humanitaire en Bolivie. Une expérience qui change une vie.

La Bolivie est le pays le plus pauvre d’Amérique du Sud. En considérant que 73% des Boliviens n’ont pas accès à des services sanitaires adéquats, on ne s’étonne pas de savoir qu’une faible minorité a accès à des soins de santé de première ligne.

Read more